MARQUEE - Exemple BEHAVIOR

VOUS ETES A LA RECHERCHE D'UN TERRAIN A BATIR, RENDEZ-VOUS DANS L'ONGLET URBANISME (RUBRIQUE LA NEUVE) OU EN DESSOUS DE L'IMAGE "LA NEUVE" SUR VOTRE PAGE D'ACCUEIL

                          HISTORIQUE 

L'origine de GLAGEON est très ancienne bien qu'il ne soit pas possible de la situer dans le temps.

TOPONYMIE DU NOM :

GLAGEON se disait autrfois GLAGON, GLANGON. D'après A. DESMASURES "Glan" en celtique veut dire bord de l'étang, de la rivière et "gon" veut dire roche, hauteur....

Le village s'appela GLAJUN en 1112, puis GLAJEON, GLAVIN, GLAION et GLAGON au cours du 13ème siècle. Au 14ème siècle, on trouve GLAGHON puis GLAJON au cours du 15ème siècle.

Le nom de GLAGEON a enfin pris son orthographe actuel au cours du 17ème siècle.

ETYMOLOGIE DE L'ARMOIRIE :



En 1500, les armes sont d'hermines à la bande de gueules. Rien de plus, pas de banderole avec cri de guerre, pas de timbre, ni de pavillon, pas de support, ni de tenant, pas de devise.
Rien que l'hermine qui est blanc moucheté de noir, pièce honorable de l'écu, qui est l'émail de couleur rouge.
D'un autre côté, en ce qui concerne GLAGEON, nous avons cette indication dans un ouvrage très documenté, publié par Monsieur Edouart PONCELET dans les annales du Cercle Archéologique de Mons "GLAGEON : fascé de vair et de gueules de six pièces, la deuxième fasce chargée d'un lesant".




Actuellement l'armoirie est composée d'hermines à la bande de gueules, soutenue par deux lions des Flandres, et recouverte de la couronne du seigneur de GLAGEON Jean de STAVELE et comporte aussi la Croix de Guerre 1914-1918.





QUAND LE VILLAGE
 
AVAIT SON CHÂTEAU





Au cours du moyen-âge, GLAGEON eut un château fort qui fut construit vers 1150 par Nicolas d'Avesnes.

Ce château situé au lieu dit "Les Pâtures" derrière l'ancien cimetière. La mairie de Châlons possédait à Glageon des propriétés et des droits qu'elle tenait en fief de la seigneurie d'Avesnes. A la demande de Gui de Châtillon, elle lui vendit tous ses biens en 1333.Au XIVème siècle, Jean d'Eclaibes épousa Ide de Bergue, dame de Glageon. Philippe de Stavèle, un des seigneurs de Glageon, fut grand maître de l'artillerie du roi d'Espagne, Philippe II. Le château des seigneurs, qui était fortifié, fut pris en 1543 par les troupes de François Ier opérant contre celles de Charles Quint. Le château, qui avait été pillé et brûlé, fut reconstruit peu après. En 1552, Henri II, pour punir Charles Quint, vint l'attaquer à son tour, il fut emporté d'assaut et les aventuriers qui l'occupaient passés au fil de l'épée. En 1553, l'ennemi s'empara à nouveau de la forteresse mais, l'année suivante, les ducs de Montmorency et de Vendôme reprirent Glageon que les habitants avaient abandonné. La forteresse fut rasée une fois encore. Rebâtie par le Cateau-Cambrésis en 1559, Glageon et les environs étaient rattachés aux Pays-Bas. Turenne vint par la suite attaquer le château et l'enleva deux fois de vive force en 1637 et en 1655. Il n'en reste plus de trace aujourd'hui.




GLAGEON


I  - UNE IDENTITE FORTE


Glageon résulte de la valorisation combinée de 3 éléments naturels : l'eau, l'arbre, et la pierre. Village en tête de vallon, il a peu souffert des vicissitudes de l'histoire. Sa prospérité urbaine avec l'industrialisation du XIX et l'arrivée du chemin de fer (tissage, filature, verrerie). Ces activités traditionnelles sont frappées de plein fouet par la récession.

Mais son caractère tipé subsiste (village de pierre et d'ardoise) doté d'un patrimoine naturel et bâti de grande qualité.




II - UN VILLAGE CLAIRIERE


Au coeur du Sud-Est Avesnois fortement boisé, Glageon constitue un "village clairière" avec une ambiance intimiste et chaleureuse, l'arbre omniprésent dans cette "poche bocagère humide" agrémente à la fois le bâti, l'espace agricole et urbain.

La forêt qui conforta longtemps l'isolement de cette bourgade constitue à présent un écrin de premier ordre et un gisement riche en potentialités.